Les 7 raisons pour lesquelles nous mangeons trop de céréales !

25 Nov

Céréales

Depuis des dizaines d’années nous entendons que les céréales sont indispensables pour une alimentation équilibrée, qu’elles sont notre carburant énergétique, que nous devons en manger au moins trois fois par jour…

Qu’en est-il réellement ?

Introduites dans notre bol alimentaire au Néolithique, les céréales sont difficilement assimilées par notre organisme qu’elles soient avec ou sans gluten.
Dans un monde, touché de toutes parts par l’obésité, où les maladies dégénératives se multiplient, je vous propose de faire un tour dans vos assiettes…

Pour commencer nous allons faire un petit jeu ? Prenez une feuille de papier et notez toutes vos les prises alimentaires au court d’une journée. A la fin de la journée, faites le bilan de la quantité de céréales que vous avez absorbées. Quand je parle de céréales, j’entends le riz, le blé mais aussi les pains, pâtes, biscuits, flocons, snacks, petits encas… j’en passe. Pour les plus « raisonnables » d’entre vous, il n’y aura que 2 à 3 prises dans la journée. Pour les autres, il y en aura 5 voire 6 prises, jusqu’à constituer 70 % du bol alimentaire. Cet état de fait agit sur notre organisme.

Les céréales nous engraissent !

Pain sans gluten au sarrasin

Les céréales qu’elles soient raffinées ou complètes provoquent des pics glycémiques dans notre sang. Et cela de la même manière qu’une barre chocolatée ou qu’un soda. Les glucides contenus dans les céréales se transforment en amylopectine A et font flamber notre taux de sucre sanguin. Cela provoque une réaction pancréatique de libération d’insuline. La multiplication des prises tout au long de la journée provoque une surproduction d’insuline. Ce bain d’insuline amène notre corps à produire une graisse abdominale importante. Au-delà de l’aspect esthétique, cette graisse enrobe nos organes et empêche leur bon fonctionnement et les fatigue. Elle provoque la nécessité de doses d’insuline de plus en plus importantes pour stabiliser les taux de glycémie dans le sang, provoquant la formation de nouvelles graisses abdominales…
La résistance à l’insuline signifie que le pancréas doit produire de plus en plus d’insuline pour faire face au taux de glycémie élevé.

Le cercle vicieux est déclenché : taux de sucre sanguin élevé qui induit une résistance à l’insuline, qui provoque une augmentation de la production d’insuline, qui augmente la graisse viscérale, qui favorise la résistance à l’insuline, qui favorise la surproduction d’insuline, qui accroît la graisse… C’est sans fin !

Cette consommation de céréales nous coupe de notre capacité à accéder à notre plus grande source d’énergie corporelle : la graisse.

En effet, la production d’insuline répétée endommage le pancréas et réduit notre métabolisme des graisses. Elle installe cette fatigue chronique que nous connaissons si bien en occident.

Les céréales nous fatiguent !

Riz au gingembre

La fatigue se présente sur plusieurs fronts à la fois. Ce qui va donner des symptômes diffus, variés que nous aurons du mal à relier à une prise alimentaire particulière.

La fatigue hormonale : Manger régulièrement des céréales perturbe le taux de glycémie sanguin. Nous produisons de l’insuline, de plus en plus d’insuline et nous devenons résistants petit à petit en produisant des graisses abdominales. Ce cercle vicieux fatigue le pancréas et nous empêche de puiser notre énergie dans les graisses corporelles qui sont là pour ça ! Les surrénales, très sollicitées par le pancréas, s’épuisent peu à peu. C’est la porte ouverte aux dérèglements hormonaux en cascade (thyroïde, foie…).

La fatigue nutritionnelle : Les intestins fragilisés par l’apport trop importants de farineux voient leurs villosités se dégrader. Peu à peu l’absorption et la transformation des nutriments deviennent difficile voire impossible (dysbiose intestinale, intolérance au gluten…). Nous sommes carencés alors même que notre alimentation est riche et variée.

La fatigue mentale : L’enzyme responsable de la digestion des céréales est la pepsine. Elle est associée à l’acide chlorhydrique de l’estomac lors de la digestion. Cette association est indispensable pour l’assimilation des céréales. Il arrive que les polypeptides issus de la dégradation des céréales (notamment celles qui contiennent du gluten) passent la barrière intestinale, dont les villosités sont dégradées, pour aller polluer le cerveau. Il se crée alors une réaction chimique apparentée à la prise d’opiacées. Les mêmes récepteurs entrent en action, provoquant des risques élevés de dépression et de schizophrénie. Les premiers symptômes sont la confusion intellectuelle, la fatigue diurne et la lenteur physique.

La fatigue corporelle : La consommation régulière de céréales acidifie notre corps. D’après une étude récente 80% des personnes seraient acidifiées par les céréales alors que seulement 20% le seraient par les protéines animales… Le taux d’acidité corporel est mesuré par le PH. Ce taux doit être maintenu à 7.365 dans le sang et les autres fluides corporels pour nous maintenir en vie. Plus nous mangeons des céréales, plus notre corps lutte pour maintenir notre PH. Les problèmes d’envahissement de candidoses sont directement liés à ce phénomène d’acidité corporelle. L’ostéoporose, la goutte et l’arthrite sont des symptômes liés à ce déséquilibre alimentaire.
Le corps doit lutter en permanence contre cette inflammation larvée, il s’affaibli et la fatigue chronique s’installe.

Les céréales nous affament !

Moelleux à l'orange 2ème

Vous l’avez compris en affaiblissant notre système digestif, les céréales nous empêchent d’absorber les nutriments contenus dans les bons aliments que nous mangeons : Vous qui vous appliquez à manger sainement, bio….
C’est un peu « mourir de faim en mangeant ».
Les céréales lors de leur digestion créent des anti-nutriments (la gliadine par exemple) que le corps identifie comme une substance dangereuse, il produit donc des anticorps pour les attaquer. Or, ces anticorps détruisent sans distinction les anti-nutriments aussi bien que les nutriments. Voilà pourquoi, nous sommes tous carencés alors que notre alimentation n’a jamais été aussi riche !
C’est cette malabsorption qui creuse, jour après jour, le lit de notre fatigue chronique, de nos insomnies, de nos douleurs…

Les céréales, riches en acide phytique et en lectines bloquent l’assimilation des minéraux. Elles empêchent l’absorption du calcium, magnésium, fer, cuivre… dont vous avez besoin pour conserver votre belle santé.
Voyez à ce propos mon article sur le trempage : ici.

Elles affaiblissent notre digestion !

Banane cake chocolat

Selon une logique économique bien particulière, on nous a vendu que les céréales, surtout complètes, étaient la panacée pour notre système digestif sous prétexte qu’elles contiennent des fibres ! C’est aussi vrai que de dire que les muffins aux myrtilles sont bons pour la santé parce que les myrtilles sont bourrées d’antioxydants ou que manger tout un pot de crème glacée est bon pour vous parce que la crème est riche en calcium !
Les fibres alimentaires contenues dans les céréales ne sont pas bonnes pour la santé de nos intestins, elles sont trop dures. Elles érodent les villosités intestinales. Nous empêchant ainsi d’absorber la richesse en nutriments de notre alimentation.
Elles sont riches en acide phytique, inhibant l’action des minéraux.
Elles provoquent des inflammations qui peuvent entrainer des porosités intestinales, portes ouvertes aux bactéries…

Les céréales produisent du gras !

Biscuits sablés sans gluten

Les recherches récentes sur les problèmes de cholestérol, tendent à montrer que c’est la surconsommation de céréales et un régime pauvre en graisses originelles qui seraient à l’origine du « mauvais » cholestérol.
Là encore, la surproduction d’insuline est montrée du doigt. En effet, elle favorise la production de la graisse abdominale et inhibe l’utilisation des graisses corporelles comme réserve d’énergie.

Elles nous mettent de mauvaise humeur !

Marguerites apéritives sans gluten

Vous avez sans doute entendu dire que les intestins sont le 2ème cerveau ?
En effet, c’est là que se produisent des neurotransmetteurs et des hormones. La sérotonine, responsable de l’humeur, du contrôle de l’agressivité et de la dépression est produite à 90% par les intestins. 50% de la dopamine, maîtresse de la motivation à agir et de l’attention, nous vient des intestins. Il est donc fondamental d’avoir une hygiène intestinale au top pour avoir un moral d’acier ! Plus vous allez manger des céréales, plus vos intestins vont faiblir, plus votre moral sera en berne… moins votre vie sera belle !

Les céréales mettent le feu !

Crêpes aux mille trous-riz

Les céréales sont pro-inflammatoires. Elles mettent de façon permanente notre organisme sur la défensive. Cela affaibli notre immunité, provoque des allergies, des intolérances, du diabète et des maladies cardiaques.
Comme toutes les formes de glucides, elles fermentent lors de la digestion ce qui provoque des ballonnements, flatulences, brûlures d’estomac, somnolences…

Pour conclure, je vous conseille de faire un bilan. Le corps est une machine de précision qui mérite qu’on lui donne de l’attention. Chacun est différent avec ses forces et ses faiblesses. Pour mieux cerner quels sont vos besoins alimentaires, savoir si les céréales vous acidifient ou non, faites un profilage alimentaire !

 Pour écrire cet article, j’ai lu les livres de Taty Lauwers et les articles de Ross Bridgeford.

Vous aimerez aussi :

13 Réponses to “Les 7 raisons pour lesquelles nous mangeons trop de céréales !”

  1. christelle 25 novembre 2015 @ 17 h 21 min #

    Merci Edith pour cet excellent article qui explique de manière claire et sérieuse pourquoi il est nécessaire de fortement limiter sa consommation de céréales!

    • edithroussemarty 25 novembre 2015 @ 17 h 45 min #

      Merci Christelle !

  2. Moniotte Mélanie 24 avril 2016 @ 19 h 40 min #

    Merci pour cet article très clair et convaincant. Je suis une accro des céréales, si je ne mange que fruits, graine, lait végétal le matin, j’ai le sentiment de ne pas avoir assez. Il me faut ma tartine en plus. Avez-vous un article qui explique toutes les solutions à ce problème ? L’épeautre c’est mieux ? Le pain au levain ? La farine de riz dans les crêpes ? etc etc

    Merci déjà,

    Mélanie

    • edithroussemarty 25 avril 2016 @ 17 h 14 min #

      Bonjour Mélanie, c’est difficile de répondre à votre question sans connaitre votre profil alimentaire. Si vous désirez savoir ce qui est bon pour vous : faites un profilage, je pourrai vous aider à trouver votre petit déjeuner idéal !

    • dauphin julien 15 juin 2016 @ 22 h 48 min #

      perso en pratiquant le jeune intermittent je me sens mieux dans ma tete et dans mon corps ..perte de graisses clarte mentale….
      mais j ai mis une semaine a y arriver en repoussant tout les jours un peu plus pour arriver a 12h sans rien avaler . aujourd hui j arrive a tenir jusqu a 17h … de temps en temps pour laisser a mon corps un peu d energie, la possibilite de se reparer …

  3. Sanda 26 avril 2016 @ 2 h 05 min #

    Bonjour,
    Merci Edith pour cet article très intéressant.
    J’aimerai savoir ce que vous entendez par le mot « céréale » dans cet article ? Quinoa, amarante et sarrasin, par exemple, n’en font pas partie, n’est ce pas ?
    Merci

    • edithroussemarty 26 avril 2016 @ 9 h 24 min #

      Bonjour Sandra. Votre question est très intéressante ! Bien sur que ça marche aussi pour les « similis » céréales. C’est l’apport de glucides qui est en cause. Nous en mangeons trop, en général… Et chaque personne reste un cas unique. 🙂

  4. Pauline 26 avril 2016 @ 10 h 49 min #

    Bonjour,
    Merci pour cet article qui met en lumière les effets d’une conso excessive. Et en tant que végétarien on fait comment sans céréales ? Les supprimer me semble excessif.
    Peut-être faut-il recommander une dose maximale ? Vous semblez dire que 2 à 3 prises / jour ne sont pas un problème. En outre, il existe différentes céréales, le blé n’a pas le même effet que le riz sur l’organisme. Que pensez-vous du quinoa décrit comme une pseudo-céréale ?
    Merci !
    Pauline

    • edithroussemarty 26 avril 2016 @ 13 h 06 min #

      Bonjour Pauline, C’est intéressant comme interrogation. En fait, les céréales et simili céréales acidifient les terrains qui ne sont pas fait pour en consommer en quantité. Les terrains propices au végétarisme sont eux acidifiés par les viandes. Choisir son alimentation va bien au delà des convictions. Il s’agit de nourrir son corps en fonction de son profil. Pour parler d’un cas que je connais bien, j’ai été végétarienne pendant plusieurs années alors que j’ai un profil de chasseuse. Pour me désacidifier et retrouver la santé, j’ai du me remettre à l’omnivorisme. J’ai fait un gros travail sur moi pour le faire. Je ne regrette pas de l’avoir fait, je suis en forme aujourd’hui ! 🙂 Notre alimentation dépend vraiment de notre profil…

  5. dauphin julien 15 juin 2016 @ 22 h 45 min #

    tres bon article sauf pour ce qui concerne le dit  » mauvais cholesterol » …. je ne suis pas d accord …. quand on en a c est juste du hdl que le corps n a pas pu assimilé certainement a une carence d omega 3 …. les cellules n ont pu en beneficier du coup elles en redemandent et bien sur ke foie obeit ….

    • edithroussemarty 16 juin 2016 @ 7 h 50 min #

      Ce n’est pas aussi simple… Il y a des personnes qui ne supportent absolument pas les omégas 3..

Laissez un message